Histoires

« Comme il importe plus, en politique, de se justifier que de faire, les mots y ont plus d’importance que les choses. »

Bernard Grasset

Faits vécus ou histoires reliés au thème de l’autodérision par les participants au site web.

 

 ___________________________________________________________________________

 Raymonde Lamothe

 Mon œil!

Dernièrement, je cherchais du papier pour dessiner. Je trouve, dans mon armoire, un beau grand cahier tout neuf. Quelle n’est pas ma surprise de voir, en plein centre de chacune des pages, un œil minuscule, dessiné à l’encre de Chine, qui me regarde. Je crois halluciner!

Puis, me revient en tête cette séance de dessin d’il y a plusieurs années:

Je répondais à une commande d’illustration pour un calendrier des éditions du remue-ménage. J’avais décidé d’y aller spontanément, directement à l’encre, sans esquisse préalable au crayon de plomb. Au centre de l’image: une femme. Je commence par dessiner son œil, l’expression du regard n’est-elle pas cruciale?

Insatisfaite, je tourne la page et je reprends le dessin de l’œil. Insatisfaite, je tourne la page et je reprends le dessin de l’œil. Ainsi de suite… jusqu’à la fin du cahier.

 ___________________________________________________________________________

François Filion

P’tit Québec? 

L’humain est en marche, ou plutôt il se presse, se compresse, se rencontre, se monte, se confronte. Le temps lui paraît, du tango au slam, de la vapeur à la rame, un défilé historique et un éternel retour à la case initiale du sablier doré. On travaille fort, on travaille tard, dort vite, on se parle sans trop avoir envie de se voir… virtuel. On se dit libre, mais on fait la queue pour consommer la culture de masse… superficiel. Il y en qui construisent, d’autres cannibalisent, soit par un appel d’offre ou par la peur, cette divine fée clochette si castrante… Un Québec de paradoxe; du carré de tissu rouge à la flanelle tricolore, du bingo, de la roulette, à la poule, du mariage de Véronique Cloutier, face à la planète qui a chaud, des pays qui s’endettent, certaines monnaies qui s’écroulent, l’épuisement de la biodiversité… Et pourquoi pas une élection pour soulager l’indigestion, c’est comme prendre deux capsules de laxatif pour en finir au plus vite, ou offrir au désespéré une corde nouée… Debout, c’est assez, il faut que ça change, c’est à nous de choisir pour le Québec…. Allons tous votez.

Et l’amour avec un grand et un petit a, de la cuisse du mammouth à celle de la femme fatale, figé à la rétine, qui dilate la pupille, nous ramone pas seulement l’esprit, nous taraude, nous plafonne jusqu’au niveau d’une solitude égocentrique autodestructrice, et… QUOI, LE CANADIENS VIENT D’ÉCHANGER SCOTT GOMEZ, es-tu sérieux Bob, cela fait longtemps que… 

P’tit Québec.

Avec un si beau coucher de soleil, mon amour,

Dis-moi encore que tu m’aimes… 

François Filion, agriculteur, producteur de lait, de boeuf et de poésie. L’Isle-Verte.

 ___________________________________________________________________________

Hélaine Morency

J’étais allé avec ma soeur et ma mère à Québec faire quelques emplettes et nous décidâmes d’entrer dans un magasin avec porte tournante, ma soeur, ma mère entre et moi la dernière, le talon de ma chaussure reste coincé dans la porte… je tire et je tire… le soulier lâche et me voilà presqu’en courant tête première dans les premiers supports à linge que j’ai apporté avec moi en tombant. Ma soeur en a rit un bon coup et longtemps après.

___________________________________________________________________________

Olivier Blot

Les nominés pour les oscars de la catégorie sont… 

En numéro 5:

Aveugle en scooter.

Sur la route, en scooter, je roulais quand un maringouin m’est rentré dans l’oeil. Me voici donc avec l’oeil fermé et commençant à ralentir quand, un autre maringouin me rentre dans l’autre oeil, me rendant donc aveugle… le tout dans un virage. J’ai tout de même réussi à m’arrêter sans partir dans le fossé…

En numéro 4:

Un lumbago en dormant.

Après un après-midi de repas champêtre passé dans un courant d’air, je suis allé faire une légère sieste. Mes muscles refroidis par le vent et une mauvaise position sur mon lit m’ont permis de me bloquer le dos pendant plusieurs jours…

En numéro 3:

Une ampoule sur la tête.

Un matin où je sortais de ma douche avec enthousiasme, je sautillais dans la salle de bain très basse de plafond. Le problème, c’est qu’au-dessus de moi se trouvait l’ampoule, heureusement éteinte, une de ces formidables nouvelles ampoules en spirale. Bref la voilà écrasée sur mon crâne, ma conjointe essayant d’enlever les morceaux à la pince à épiler dans mes cheveux, plus nombreux à l’époque…

En numéro 2:

La poussière dans l’oeil avec un masque de plongée sous l’eau de la Méditerranée. Pour corser le tout, j’avais plongé en short et oublié d’enlever mon porte-feuille de ma poche…

En numéro 1:

Vers l’âge de 12 ans, je m’ennuyais ferme avec mes amis dans mon village de 130 habitants. Nous avions donc inventé un jeu qui consistait à empiler des matelas dans les escaliers de la maison pour faire une glissoire. Mais la descente faisait souvent mal au fondement, c’est pourquoi j’entrepris de faire la descente sur un pouf en plus des matelas. Cela n’était pas une bonne idée. Je partis la tête la première dans le mur en face de l’escalier; trois jours à l’hôpital… Je n’oublierai jamais quand le médecin m’a demandé « Alors jeune homme, que vous est-il arrivé ?

___________________________________________________________________________

Raymonde Lamothe

 Histoire de « flat »

Je décide d’aller faire des courses en auto. Au moment où je déverrouille la portière, je m’aperçois que le pneu avant gauche est crevé. Malheur! Plutôt que de téléphoner au garage, je décide de faire une homme de moi et de changer la roue. J’ouvre le coffre, sors la roue de secours, le cric, les outils et le manuel d’instructions. Absorbée dans ma lecture, je m’applique à ajuster le cric sous le pare-chocs arrière en suivant minutieusement les instructions.

Du coin de l’oeil j’aperçois un jeune homme sur le trottoir à côté de moi. Après quelques instants, il me dit: «Pardonnez-moi, madame, j’veux pas me mêler de ce qui me regarde pas, mais c’est le pneu d’en avant qui est crevé.» Comment lui faire comprendre que j’étais juste en train de pratiquer?

Heureusement, le ridicule ne tue pas. Il peut même être utile quelquefois puisque le gars m’a gentiment offert de changer la roue.

___________________________________________________________________________